Une étude lierait bonheur au travail et productivité!

C’est la conclusion surprenante à laquelle est arrivée une équipe de chercheurs de l’université de Chicago, après 5 années d’observation auprès des 10 premières entreprises du Standard and Poor’s. Tout est parti d’une blague entre le Prof Gutarbeiter, titulaire de la chaire des troubles psycho-sociaux de l’université de Chicago, et ses étudiants.

Je m’en souviens comme si c’était hier se rappelle le professeur “Nous étions en train de discuter de l’impact de la souffrance au travail sur les collaborateurs, quand l’un de mes étudiants, un chinois, dit avec malice: “Mais peut-être que s’ils étaient heureux ils bosseraient mieux!” déclenchant l’hilarité générale…” Et puis en y réfléchissant le soir même, je me suis dit qu’il y avait peut-être quelque chose…” se souvient le Professeur, encore surpris de sa découverte.

“C’est après en avoir parlé avec l’un de nos sponsors (ndlr: Unilever) que les choses ont commencé à se mettre en place.”En effet, ce dernier venait de se voir refuser la couverture santé de ses employés par son assureur, au motif qu’ils leur coutaient beaucoup trop cher. Alors l’idée germa dans les esprits qu’il serait peut-être plus profitable de gérer les ressources humaines par l’Enthousiasme plutôt que par la Pression.

Une idée révolutionnaire, dont il ne fût fait que peu de publicité à l’époque, de peur de se voir traités de fous! La présentation de ces résultats s’est répandue comme une trainée de poudre et fait l’objet de nombreux débats sur les réseaux sociaux, allant jusqu’à provoquer des erreurs systèmes sur LinkedIn et Viadeo.  
En France, elle ne surprend guère les médecins du travail comme le déclare leur représentant:

“ Ça fait des années qu’on le disait mais on se foutait de nous! Maintenant qu’il y a un début de preuves scientifiques j’espère qu’on va nous prendre au sérieux! s’emporte le Dr J.Peuplut,  lui-même victime d’un burn-out à force d’en diagnostiquer chez ses patients.

Très attaqué ces derniers temps le manufacturier électronique FOXConn abonde dans le sens de l’étude mais appelle toutefois à la prudence:

“ Chez nous ça fait des années qu’on manage dans l’enthousiasme mais il faut faire attention. Nos employés sautent tout le temps de joie, sur le nombre certains ratent leur coup et passent par la fenêtre, et ça nous retombe sur le dos…”

Incompréhension en Scandinavie mais pour des raisons sémantiques cette fois, le mot “enthousiasme » ne semblant pas trouver d’équivalent dans les langues nordiques, les travailleurs n’ont toujours pas compris de quoi il s’agissait. 
Il reste maintenant à voir quelle seront les conséquences de la remise en cause des pratiques managériales déployées ces dernières années mais l’on peut déjà dire sans trop se risquer que, comme toutes les bonnes idées, on se demande comment on n’y a pas pensé plus tôt!

de notre correspondant à Boston.

Hank Ule.

Partager cet article

À propos de l'auteur: JP Mariel

Hipster mondialiste et localiste, JP Mariel se passionne pour les actualités d'un monde qui part en vrille systémique, où tout devient possible ce qui découle fort logiquement sur du "Grand Grand N'importe Quoi "(GGNQ). JPM s'en désole et s'en amuse, et partage avec vous sa vision d'une information parallèle en mode quantique, à la fois vraie et fausse, tout dépend du point de vue de l'observateur. À vous de décider!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.