La puce du Bonheur

A la quatrième édition du salon Domotic and Brain Connection (DBC) de Genève, un stand phare à rassemblé plus de 1000 visiteurs et professionnels pour sa présentation du « NWI » (No Worries Implant).

Marc Siruge, le directeur de la société RATAM, responsable de l’innovation, parle « d’un tournant dans l’appréhension du quotidien. Pour notre marché cible, la question existentielle du « Que faire de ma vie? » dans le contexte de crise de sens actuelle, était d’un tel poids psychologique que nous ne pouvions rester sans réponse. Après 3 ans de recherche notre implant permet enfin de déléguer la prise de décision aux entités compétentes et de se libérer de la dissonance cognitive »

Partenaire du Human Brain Project depuis 2011, RATAM c’était illustré par le succès de son prototype en France sur un échantillon de 100 personnes consommateurs de psychotropes subventionnés ou non (chômeur, étudiant, retraité et actif).

 Tous les participants ont arrêté le Zyprexa et retrouvé une activité professionnelle, sociale et associative .

A la Commission Européenne, cette expérimentation a permis la réallocation partielle de fonds initialement attribués à European Pharma & Chemical Happiness (EPCH) et son projet de ProzacPotableWater (PPC) dont la mise en place en partenariat avec la Compagnie des Eaux de Paris-La Défense devrait commencer début juin.

Nous avons beaucoup d’attente pour le No Worries Implant à Bruxelles, nous restons convaincu des risques pour la santé d’une vie sans substitut de plaisir et surtout sans aide à la décision. A titre personnel j’ai toujours dit que la Crise, c’était dans la tête,  grâce au NWI elle n’y sera plus! Déclarait enthousiaste José Manuel Barroso.

Ces fonds ont permis la démocratisation de la première puce grand public révélée aujourd’hui au salon de Genève. L’offre se compose de la puce, du service de chirurgie, d’un terminal implanté dans un lit permettant une reprogrammation journalière et un suivi statistique complet. Le consommateur peut se rendre dans les boutiques de téléphonie mobile pour faire évoluer son forfait.

Pour des raisons juridiques l’offre reste réservée pour l’instant aux adultes mais Paul Garisse, responsable marketing et stratégie, envisage le long terme et rassure les potentiels actionnaires

 Nous faisons de la veille sur les enquêtes d’état d’esprit de la population, (grâce aux réseaux sociaux), les décisions se prenant de plus en plus jeunes, en ce qui concerne les projets de vie, le DWI permet un parcours personnalisé, le forfait Jeune viendra bientôt compléter nos service. La validation par des études scientifiques, nous amène dans la sphère publique et l’acceptabilité du processus n’est plus contestable, le législatif nous soutient.

De plus nous avons enterré la hache de guerre avec Big Pharma, qui au départ voyait d’un mauvais oeil notre implant qui rendait obsolètes leurs molécules de type SOMA. Lorsque ces derniers comprirent que la présence de l’implant nécessitait la prise à vie d’inhibiteurs pour éviter le rejet de l’implant, les problèmes ont disparus d’eux-mêmes. Un bon partenariat en somme, pour le bonheur de tous.

Cette initiative est la bienvenue à la fois pour contrer la morosité actuelle en refoulant l’introspection ainsi que pour renforcer le secteur de la Bio-HighTech (médical, électronique, informatique) activité à haute valeur ajoutée où l’Europe dispose encore d’une confortable avance sur ces concurrents.

Partager cet article

À propos de l'auteur: JP Mariel

Hipster mondialiste et localiste, JP Mariel se passionne pour les actualités d'un monde qui part en vrille systémique, où tout devient possible ce qui découle fort logiquement sur du "Grand Grand N'importe Quoi "(GGNQ). JPM s'en désole et s'en amuse, et partage avec vous sa vision d'une information parallèle en mode quantique, à la fois vraie et fausse, tout dépend du point de vue de l'observateur. À vous de décider!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.