Le Gouvernement lance une assistance à la rédaction sur Messagerie

C’est dans un climat menaçant, entre fausse nouvelle et relents antisémites, que le Secrétaire d’État chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, a fièrement annoncé la sortie d’un logiciel d’assistance à la rédaction pour les principales messageries utilisées en France.
Après avoir rappelé que l’initiative devait être attribuée au Président Macron, prônant comme à son habitude la tolérance et la transparence dans le débat public, M. Mahjoubi s’est félicité du temps record dans lequel les principaux acteurs de la messagerie du web, assisté de la DILCRA, la LICRA, les mouvements LGBTQXYZ, Anti-Sexistes et Végans ont pu développer un logiciel d’assistance à la rédaction dédié, qui constitue selon lui un réel progrès pour la liberté d’expression.

Ainsi, de manière totalement transparente, le logiciel corrigera automatiquement les propos des utilisateurs pour leur assurer de respecter la loi en matière de respect et de tolérance. Les utilisateurs ne pourront plus, même par mégarde, exprimer de propos offensants ou faire la promotion de fausses nouvelles qui fleurissent sur Internet en ces temps de contestation généralisée.

“Une excellente nouvelle!” pour Gilles Clavreul, président de la DILCRA, qui avoue ne plus pouvoir faire face à l’avalanche de propos blessants, racistes, antisémites, sexistes, complotistes  par des personnes qui agissent en toute impunité grâce à l’anonymat d’Internet. Nous pensons que cette option est préférable à une logique de répression individualisée qui engorgerait des tribunaux déjà bien occupés par les Gilets Jaunes! »

Concrètement, l’application corrigerait et remplacerait les mots offensants détectés dans les propos des utilisateurs, pour les remplacer par leur version recommandée par une nouvelle Commission « Éthique, Tolérance et Liberté ». Si l’utilisateur était amené à communiquer sur une fausse nouvelle manifeste, alors apparaitrait à l’écran un panneau informatif, de source sûre (Les Décodeurs, Hoaxbusters, etc) sur la nouvelle concernée. Au bout de 3 mentions, le panneau resterait alors une minute à l’écran pour laisser le temps à l’utilisateur de s’informer convenablement.

M. Mahjoubi a toutefois voulu rassurer l’audience en affirmant que cette initiative n’était aucunement un outil de censure des propos des utilisateurs de messagerie mais plutôt une assistance à la sensibilisation au respect de la liberté d’expression et à la restriction de la circulation des fausses nouvelles qui peuvent semer le trouble parmi les utilisateurs les plus sensibles et les plus fragiles.

Un challenge tout particulier fut celui de traiter les propos à portée humoristique, dont la définition reste souvent floue et subjective. 
Si les blagues sont bien évidemment toujours autorisées, voire encouragées, l’utilisateur devra toutefois réaliser une manœuvre spécifique pour les faire circuler. Il devra enfermer son propos blagueur entre des tirets ET des parenthèses pour signifier à l’application qu’il s’agit d’un propos léger.

Après analyse par un logiciel d’Intelligence Artificielle, si des propos offensants sont détectés, un petit rappel apparaîtra sur l’écran de l’utilisateur, qui pourra décider soit d’amender sa blague, soit de forcer sa diffusion, le propos s’affichant alors sur un fond rouge chez l’interlocuteur, accompagné d’une annonce précisant qu’il s’agit bien d’une blague et que son contenu ne saurait engager la responsabilité de son rédacteur. Si l’interlocuteur ne trouvait pas la blague drôle, il pourrait alors signaler celle-ci et le rédacteur verrait alors entamé son capital de points Humour, renouvelé tous les mois.

En cas de mauvais goût manifeste, voire d’irrespect caractérisé, l’utilisateur pourra re-créditer son compte en suivant des mini-formations éducatives en ligne promouvant l’information sécurisée, le respect et la tolérance, ou en achetant des points sur le site www.amendes.gouv.fr.

Dans les cas les plus extrêmes et par soucis de justice et d’équité, les utilisateurs récalcitrants pourront plaider leur cause auprès de la commission, pour faire saisir en quoi leur blague satisfait, selon eux, aux lignes de conduite promues par les défenseurs de la Liberté d’Expression.

Le plug-in sera téléchargeable sous peu depuis les principaux Store ou auprès du site du gouvernement www.bienpenser.gouv.fr

Les prochaines versions des applications de tchat les plus courantes incluront d’office le plug-in qui sera mis a jour régulièrement par la Commission présidée par les associations agrées par le gouvernement.

Espérons que cette initiative permettra au plus grand nombre de faire évoluer ses point de vue et mode d’expression pour progressivement bannir les pensées archaïques et réactionnaires que l’on voit renaître à l’heure ou l’on aurait pu penser que le Progrès aurait triomphé!

Partager cet article

À propos de l'auteur: JP Mariel

Hipster mondialiste et localiste, JP Mariel se passionne pour les actualités d'un monde qui part en vrille systémique, où tout devient possible ce qui découle fort logiquement sur du "Grand Grand N'importe Quoi "(GGNQ). JPM s'en désole et s'en amuse, et partage avec vous sa vision d'une information parallèle en mode quantique, à la fois vraie et fausse, tout dépend du point de vue de l'observateur. À vous de décider!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.