Google : Chaos à San Francisco

La mairie de San Francisco a décrété un couvre-feu hier soir suite aux centaines d’évènements perturbant l’ordre public perpétrés par une foule de personnes sans liens communs apparents.

Si la majeure partie des actes n’excède pas le niveau de la blague de potache ou l’offense de première catégorie, leur grand nombre et leur coordination ont largement contribué à créer une ambiance digne des meilleurs thrillers Hollywoodiens.

Au lendemain de cette journée qui fera date, le mystère de l’apparition de ce chaos spontané a enfin été résolu.C’est au Google Centre, en plein coeur de la Silicon Valley, qu’il fallait en chercher l’origine.

Et tout particulièrement dans les locaux des Niantic labs, éditeur du jeu INGRESS.  Initialement nommé projet NEMESIS, du nom de la déesse grecque de la juste colère des Dieux et de la rétribution céleste, Ingress fût lancé en novembre 2012 et repose sur l’affrontement dans le monde entier de deux factions, les Illuminés et les Résistants, pour le contrôle de “portails” dans lesquels se trouve des fontaines d’une matière “exotique” capable de modifier le comportement du cerveau humain.

Dans cet univers virtuel campé dans le réel, les deux camps doivent accomplir quotidiennement certaines missions visant à occuper le terrain et affaiblir le camps adverse.

Mais l’éventail de missions s’est considérablement élargi hier pour inclure des courses de combattants nus comme des vers, en plein coeur de la ville, la projection de matières fécales sur des établissement administratifs et bancaires, ainsi que la transformation de transports publics en pissotières improvisées, ce qui n’a pas manqué de les rendre impraticables à la faveur de cette journée particulièrement chaude…

C’est Gordon Mayehm qui ne s’est pas présenté au travail hier matin qui a été porté responsable du chaos des dernières 24heures. Ce dernier, mécontent à la suite d’une promotion qu’il estimait mériter mais qui ne lui fût pas accordée, aurait alors parié auprès de ces amis qu’il allait réaliser un hack de grande ampleur en piratant Ingress pour se venger de son employeur.

Les conséquences seraient presque négligeables si un petit groupe de combattants n’avait ingéré, à son insu, une dose de LSD dissimulée dans les cupcakes d’une pâtisserie de San Francisco, oeuvre d’un autre trublion qui souhaitait épandre la conscience de ses clients pour leur propre bien, en ce jour de fête nationale… L’enquête établira s’il y’a eu une quelconque coordination avec l’employé de Google en cavale. Toujours est-il que les soldats de la Google Army se sont lancés dans une série d’agressions physiques, heureusement sans conséquences vu le gabarit de celles et ceux qui restent, quoi qu’on en dise, des geeks.

Malheureusement pour Google, cette affaire se déroule à un moment ou la multinationale tentaculaire est accusée de représenter un danger pour la société civile à travers ses nombreuses applications que le Big Brother d’Orwell n’aurait pas renié et qui s’immiscent chaque jour un peu plus dans la vie privée de chacun. Comme l’affirme une représentante des Anti-Google toujours plus nombreux dans la Bay Area. Elle renchérit :

Et aujourd’hui on découvre que Google entretient deux armées invisibles de soldats qui prennent notre ville pour un champ de bataille. C’est intolérable. Je n’ose imaginer si le Gordon en question avait été un fan de Grand Theft Auto (célèbre hit vidéo ou le joueur incarne un grand criminel)…

Est ce qu’on aurait alors vu des hordes de sauvages lobotomisés sous LSD courant de viols en meurtres suivant les instructions de leur Google Glass pour donner des points à leur équipe? C’est déjà un miracle qu’il n’y ait pas eu plus de crimes quand on considère l’énorme part de la population médicamentée sous psychotropes lourds…
John Hanke doit démissionner immédiatement et Google doit cesser ses expérimentations sociales à grande échelle en toute impunité!

John Hanke fondateur et actuel dirigeant de Niantic Labs, la division de Google Geo (responsable de google earth) a tenu a rassurer ce matin même en déclarant que l’application avait été désactivée et qu’elle le resterait jusqu’à ce que la lumière soit faite sur le déroulement exact de l’affaire. Au grand dam des 200 milions de joueurs que l’on pouvait compter au début du mois d’août.

Ce matin la mairie de San Francisco souhaitait diffuser un message d’apaisement dans une ville quelque peu traumatisée par ces évènements inhabituels même si une bonne partie des habitants de la Baie a pris la chose sous l’angle de la franche rigolade.

Partager cet article

À propos de l'auteur: JP Mariel

Hipster mondialiste et localiste, JP Mariel se passionne pour les actualités d'un monde qui part en vrille systémique, où tout devient possible ce qui découle fort logiquement sur du "Grand Grand N'importe Quoi "(GGNQ). JPM s'en désole et s'en amuse, et partage avec vous sa vision d'une information parallèle en mode quantique, à la fois vraie et fausse, tout dépend du point de vue de l'observateur. À vous de décider!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.